logo site
AnA compagnie
Slogan du site

Créée en 2010, AnA mène un projet global autour des écritures contemporaines dont l’épicentre est la création
musicale en lien avec les nouvelles technologies, la lutherie électronique, l’image et la poésie.
A travers un espace d’expression pluridisciplinaire, AnA propose des concerts, des performances et des
spectacles engagés dans une parole d’artistes aux univers singuliers.
AnA cie a créé 4 performances audiovisuelles (Matrice, Ana, Vaisseaux, Overview), 2 spectacles jeune public
autour de la musique vocale contemporaine (Couak ! et Leçons de choses), un concert de chant (Songs),
plusieurs performances vocales (déambulation vocale), une installation (Vaisseaux), deux solos électroniques
(Gold et Geyser), un spectacle mêlant poésie, théâtre et musique (La poupée noire).
Annabelle Playe est compositrice associée aux Scènes Croisées de Lozère pour les saisons 2018/2019 et
2019/2020 grâce à un dispositif du Ministère de la Culture (DGCA) et de la SACEM.
L’acte de scène est l’émergence de ce qui se forge dans le temps. Il n’est ni une fin ni un commencement, juste
une parcelle de ce temps. Avant et après le jaillissement, le silence et la force de ce qui gronde.
« Ana », du grec ancien : à nouveau, en sens contraire, vers le haut, à travers…

Des pas dans la guerre
logo rubrique


20 JANVIER 2011
LES EPROUVETTES - THEATRE DE LA MAUVAISE TETE
MARVEJOLS (48)

Lecture dirigée par Ludovic Longelin
Avec Annabelle Playe et Ludovic Longelin

Composition électroacoustique : Annabelle Playe

Une jeune femme floricultrice se heurte à un fléau inconnu qui met en péril ses cultures. Une malédiction ?

C’est dans la solitude de ses pas, l’écho de ses marches qu’elle va recomposer une mémoire déchirée.

C’est ainsi qu’elle découvrira la faille, le drame sous-jacent, ce pour quoi son aïeule a décidé, au terme de la guerre, de fleurir le monde.

Des pas dans la guerre racontent ce que nous portons d’une histoire jamais dite mais pourtant transmise. Une blessure comme un secret qui s’enracine dans la guerre et se propage de ventre à ventre, de femme à femme.

"C’est juste là. A éclairer avec des mots, le dire pour eux, pour elle qui n’a pas eu la voix, pour lui qui n’a pas eu le temps, pour moi qui souffre de leur douleur."

Une fois l’histoire mise à jour, la mémoire recousue, la déchirure s’efface-t-elle ?

Du chemin des fêlures au chemin des fleurs...